Yôko Ogawa, Manuscrit Zéro,

traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle, Actes Sud 2018, 233 p.

Ce texte (ou devrait-on dire ces textes) est très différent des romans habituels de Yôko Ogawa. Publiant généralement des nouvelles et des romans, elle a ici inauguré un autre genre, difficilement définissable. À la croisée de manuscrits bruts issu d’une sorte de journal intime et de nouvelles ayant pour personnage principal toujours la même personne : elle-même.

Continuer la lecture de « Yôko Ogawa, Manuscrit Zéro, »

Pascale Kramer, L’implacable brutalité du réveil

Genève : éditions Zoé 2017, 205 p.

Une désillusion, des regrets, presque du dégoût. Un cri du cœur du personnage principal : Alissa. Celle-ci vient de créer la vie et ne ressent pas le fameux « amour maternel » tant imaginé, tant convoité. Au contraire. Elle n’aime pas son bébé. Elle ne veut plus être mère. Mais à qui en parler ? Qui peut comprendre ? Pas son mari. Pas sa mère. Alissa est seule dans ce combat avec elle-même, s’éloignant ainsi de sa vie et de son couple

Continuer la lecture de « Pascale Kramer, L’implacable brutalité du réveil »

Portrait Baladins

Quand, avec ma troupe de théâtre (Les Baladins de l’Abbaye), nous avons joué la pièce musical « A quoi Serge », écrite par Pascale Béguin, sur Serge Gainsbourg, j’ai eu envie de laisser aux comédiens un autre souvenir que les photos. J’ai donc pris mes crayons et dessiné leurs visages. En voici quelques-uns.

Continuer la lecture de « Portrait Baladins »